Vers un durcissement des conditions d’octroi des prêts ?

Keys and lock the door on the background of solar garden

Le marché du crédit immobilier serait-il en train de se tendre ? C’est ce qui semble se dessiner, du moins pour certaines catégories de ménage. Alors que les taux d’intérêt sont toujours historiquement bas, la Banque de France et Bercy ont prévenu les banques d’un risque de surendettement des ménages, comme le rapporte aujourd’hui RTL.

Les établissements bancaires sont donc appelés à ralentir la cadence dans la production de prêts habitat à destination des jeunes actifs. Les profils concernés ? Il s’agit surtout de trentenaires, qui gagnent entre 3 000 et 4 000 euros par mois et qui habitent en région. Ces « primo-accédants » achètent leur premier logement pour des montants compris entre 180 000 et 200 000 euros, sans apport personnel et empruntent pendant plus de 25 ans.

Ce sont ces dossiers-là sur lesquels les banques deviennent aujourd’hui plus frileuses. Selon RTL, les courtiers comme Meilleurtaux.com ont déjà constaté des refus depuis des mois.

Toutefois, durcir les conditions d’octroi des crédits n’est pas sans risque pour les primo-accédants. Désormais, pour répondre aux nouvelles exigences des banques, ils vont devoir trouver un apport pour acheter et prendront un crédit consommation beaucoup plus risqué pour faire des travaux. Un effet pervers à considérer.