Au SMIC, jusqu’où doit-on s’éloigner des grandes villes pour se loger ?

Flickr – torbakhopper

S’ils progressent moins vite que les prix des logements, les loyers augmentent toutefois plus rapidement que les salaires, poussant ainsi les ménages les plus modestes à s’éloigner toujours plus des grandes villes et des métropoles… Mais jusqu’où sont-ils contraints d’aller pour trouver à se loger ?

Alors que l’accès à la propriété paraît très compliqué pour une personne payée au SMIC en France (soit 1 171 € nets par mois, ou 2 342 € pour un couple), louer un logement n’est pas pour autant une mince affaire. « Face aux prix souvent élevés des loyers dans les métropoles, les smicards – même s’ils sont en couple et cumulent leurs salaires – n’ont bien souvent pas d’autre choix que de s’éloigner des centres-villes où se concentrent désormais les emplois s’ils veulent payer moins cher, quitte à rallonger, parfois considérablement, leur temps de trajet domicile-travail et à voir s’envoler leurs frais de carburant…« , estime le groupe SeLoger dans une étude.

Avec deux SMIC, difficile de se loger dans les grandes métropoles

« Lille, Montpellier, Lyon… Dans ces grandes capitales régionales il est impossible pour un couple au SMIC de louer 57 m², la moyenne nationale. Et pour cause, dans toutes ces villes le loyer – charges comprises – pour 57 m² dépasse 800€ par mois , c’est-à-dire 33 % des revenus d’un couple au SMIC« , constate Florent Guiocheau, responsable Data chez SeLoger.

Dans des villes du Sud de la France comme Nice et Aix-en-Provence, où les loyers s’approchent des 20 €/m² charges comprises, il est devenu difficile de louer plus de 45 m² et d’envisager sereinement l’avenir avec l’arrivée d’un enfant.

À Bordeaux, qui a connu ces dernières années une véritable flambée des prix avec notamment « l’effet TGV », a fait fondre la surface accessible, passée en un an de 54 m² à 50 m². Dans un contexte d’accélération de cette tendance haussière, un couple au SMIC avec des enfants occupant un logement en location dans la capitale de la Nouvelle-Aquitaine n’a ainsi d’autre choix que de déménager pour s’installer en banlieue où les prix sont plus accessibles. À moins qu’il ne soit prêt à renoncer à une pièce pour pouvoir rester intra-muros…

Parmi les villes plus abordables identifiées par SeLoger, on peut citer Dijon, Reims, Toulon ou encore Tours avec, en moyenne, 66 m² pour un loyer avoisinant les 13,5 €/m², charges comprises.

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation