Sous-louer un logement social sur Airbnb est strictement interdit

La sous-location saisonnière d’un logement social est une pratique totalement interdite. Une locataire visiblement pas au courant de la loi vient d’en faire les frais sur Airbnb, comme le rapporte aujourd’hui Le Parisien. Selon le quotidien, une habitante a mis son appartement parisien de 95 m² en location sur la plateforme au prix de 255 euros. Mais la loueuse s’est faite dénoncer par… son propre locataire à la suite d’un conflit.

« C’est une amie à moi qui a loué ce logement car elle venait à Paris pour fêter mon anniversaire. Dès son arrivée, elle a vu que c’était un immeuble social. Mais surtout, la loueuse n’a pas eu un comportement correct. A l’issue de la location elle nous a notamment réclamés 1 000 € en disant que nous avions abîmé son canapé », raconte cette Parisienne qui a pris l’initiative de contacter le bailleur social, Paris Habitat… après ce contentieux.

De son côté, la loueuse a dit ne pas être au courant et s’est engagée à retirer l’annonce. Mais elle risque gros. « Lorsque des cas sont avérés, nous engageons systématiquement une procédure au tribunal. Les condamnations peuvent aller jusqu’à 5 000 € d’amende, voire la résiliation du bail », confirme un expert cité par Le Parisien.