L’immobilier de luxe a toujours le vent en poupe

Les biens immobiliers les plus prestigieux ont toujours le vent en poupe. Au sein du réseau de Coldwell Banker France et Monaco, les ventes de logements haut de gamme en France ont progressé de plus de 17% en 2019, à en croire son président Laurent Demeure qui s’est confié aux Echos. Et contre toute attente, les prix ont encore progressé de 4,2% l’an dernier.

Une envolée qui s’explique principalement par le retour des grandes fortunes mondiales qui investissent avec des enveloppes de plus en plus importantes. Parmi eux figurent des clients américains particulièrement attirés par ce qu’il y a de plus cher sur le marché. Et ils sont « plus nombreux en 2019, souvent des chefs d’entreprise qui placent leurs énormes bonus dans l’immobilier » avec des budgets compris entre 40 et 100 millions d’euros, fait remarquer Laurent Demeure.

Pas d’effet « gilets jaunes »

Chez Daniel Féau, on explique qu’au-delà de 10 millions d’euros, les non-résidents sont majoritaires dans les transactions, tandis que les biens à plus de 50 millions sont surtout prisés par les princes du Golfe. Un contexte d’autant plus remarquable que l’actualité a été marquée ces derniers mois par nombre de manifestations (« gilets jaunes »), qui n’ont visiblement pas terni l’image de la France aux yeux des investisseurs étrangers.

Ces derniers continuent à plébisciter Paris qui représente 40% du marché du luxe, avec un engouement pour les quartiers centraux historiques (1er, 2e, 3e et 4e arrondissements) et les immeubles haussmanniens.

Autre facteur de la flambée de 2019, le retour des Français et des Européens de Londres. Ce changement de tendance a entraîné une hausse des prix dans le 9e et le 18e arrondissement de la capitale du fait de la proximité avec la gare du Nord. Même le 16e arrondissement, pourtant plus trop à la mode, a profité du phénomène.

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation