Immobilier : le prêt à taux zéro va-t-il disparaître ?

Crédit photo – Pexels

Inquiétude chez certains locataires. Alors que les taux bancaires sont au plus bas, un rapport commandé par le gouvernement – et que Les Echos s’est procuré -souligne le manque « d’efficience » du dispositif, qui donne un petit coup de pouce aux emprunteurs les plus modestes ayant un projet d’acquisition. Cette étude préconise même la suppression à terme de cette mesure.

« La mission recommande de ne pas prolonger le PTZ au-delà du terme prévu », soit 2021, ont ainsi jugé l’Inspection générale des finances (IGF) et le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), deux instances dépendant du gouvernement.

Manque d’efficience

En cause, le manque « d’efficience » de cette aide, qui selon le rapport constitue rarement un élément clé dans l’acte d’achat. Car sans elle, les nouveaux propriétaires auraient de toute façon fait l’acquisition d’un logement, comme le souligne aujourd’hui Le Parisien. Les professionnels du secteur et certains économistes jugent, au contraire, que la diminution de l’aide a contribué au déclin de la construction de logements – notamment les maisons – depuis deux ans.

« L’effet du PTZ au regard de son objectif de primo-accession de ménages modestes, dans les cas où il est présumé décisif, est ambigu », répond le rapport. « Sur les 1,9 milliard d’euros que coûtent aux finances publiques les PTZ accordés en 2017, 1,6 milliard d’euros sont dépourvus d’effet décisif », ajoute-t-il, sans pour autant exclure un « nouveau dispositif » qui passerait, par exemple, par le versement direct d’une aide financière.

La mission remet également en cause la crédibilité de cette aide dans un contexte où les taux de crédit immobilier ont atteint des niveaux planchers. D’ailleurs, leur nombre est en forte baisse avec seulement 29 470 PTZ accordés lors des cinq premiers mois de l’année 2019, contre 122 408 en 2017 et 87 145 en 2018.

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation