Les notaires ne voient pas le marché immobilier redécoller avant 2021

La question est sur toutes les lèvres : comment va réagir le marché immobilier ces prochains mois ? Les notaires, dont l’activité continue à tourner mais à faible régime, ont tenté d’évaluer l’impact de la crise sanitaire sur les volumes et les prix de vente. Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires de France anticipent tout d’abord, à court terme, un rebond du marché immobilier avec l’annonce de la fin des mesures de confinement.

Cet effet de rattrapage s’expliquerait par la régularisation de l’ensemble des actes (promesses de vente et actes authentiques) concernés par ce décalage conjoncturel. À condition que les déménagements soient de nouveau autorisés. « Mais cet effet mécanique de report n’effacera pas les séquelles, inéluctables et brutales, de l’arrêt quasi-total de l’activité immobilière pendant de longues semaines. Le trou d’air que nous traversons actuellement, au stade des difficultés engendrées par la crise sanitaire dans la régularisation des actes, se reproduira naturellement dans les deux à trois mois qui suivront, au regard de l’inertie et des délais naturels du marché immobilier », estiment les notaires.

Les scenarii possibles

À plus long terme, les notaires s’attendent à ce que le marché immobilier commence à repartir en fin d’année 2020, voire au début de l’année 2021, mais pas avec le même dynamisme qu’en 2019. Dans l’hypothèse d’un confinement limité dans le temps et d’une réponse médicale satisfaisante apportée à court terme, les notaires pensent que « la machine pourrait assez vite reprendre un rythme de croisière, certes affaibli mais en restant relativement dynamique. »

En revanche, dans le cas d’un confinement prolongé où aucune réponse médicale ne pourrait être apportée pour garantir l’absence d’une seconde crise sanitaire, « la crise prendrait alors une tout autre ampleur, provoquant un chômage important, une baisse des revenus des ménages, une croissance en berne. Mécaniquement, le volume de transactions
puis les prix seraient en baisse significative. Plus la crise sanitaire s’étalera dans le temps, plus l’économie sera mise à mal. Les fondamentaux positifs du marché immobilier seront donc mis à rude épreuve. Ils ne seront à même de limiter les inévitables effets de correction du marché que si la crise sanitaire ne retourne pas la situation économique sur le long terme », concluent les notaires.

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation