Crédit immobilier : des taux stables… et du pouvoir d’achat en plus ?

Les taux d’intérêt des crédits immobiliers, quasi stables depuis avril, ont peu évolué au mois d’octobre. C’est ce que montre une étude de l’observatoire Crédit Logement/CSA publiée ce lundi.

Les taux des prêts du secteur concurrentiel (toutes durées confondues) se sont ainsi établis à 1,55% en moyenne le mois dernier, contre 1,56% en septembre, peut-on lire dans un communiqué.

Pour l’accession à la propriété, les taux ont atteint 1,61% dans le neuf et 1,57% dans l’ancien, des niveaux là encore stables.

Des conditions de crédit favorables

« Dans l’ensemble, les conditions de crédit actuelles soutiennent toujours la réalisation des projets immobiliers des ménages, en dépit de la remontée des taux constatée de décembre 2016 à avril 2017 : l’allongement de la durée des prêts octroyés y a fortement contribué », a souligné l’observatoire.

Depuis octobre 2016, les taux ont augmenté de 21 points de base sur le marché du neuf et de 23 points de base sur celui de l’ancien. En octobre 2017, la durée des prêts s’est établie à 217 mois en moyenne. Elle est plus longue pour l’accession à la propriété : 234 mois dans le neuf et 229 mois dans l’ancien.

Selon une récente étude de Meilleurtaux.com, « près de neuf banques sur dix proposent des taux inférieurs à 2,10% sur 20 ans et 7 sur 10 sous la barre des 1,90%. Qui plus est, un tiers [d’entre elles] offrent des taux inférieurs à 1,70%  alors qu’elles étaient seulement 10% cet été. Pour rappel, début 2016, aucune banque ne proposait alors de taux inférieurs à 2,10% », explique Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole du site.

Quel pouvoir d’achat immobilier ?

Conséquence, « les taux bas actuels permettant d’accéder à l’emprunt avec des revenus beaucoup moins élevés qu’il y a quelques années. En effet, pour emprunter 200.000 euros sur 20 ans aujourd’hui, il faut gagner 2960 euros nets par mois et pour emprunter 150.000 euros, c’est encore moins car 2220 euros nets par mois suffisent et cela pour le foyer, non par personne », poursuit Meilleurtaux.

« Or, à l’exception de Paris, Bordeaux et Lyon où les prix ont fortement augmenté, il est aujourd’hui possible de financer avec 200.000€ un 3 pièces dans trois quarts des grandes villes et même 4, voire 5 pièces dans la moitié d’entre elles ».

Par exemple, un couple qui emprunte 150.000 euros peut s’offrir, avec 2200 euros de revenus net par mois, un appartement de 112 m² à Saint-Etienne, environ 80 m² au Havre ou au Mans, une soixantaine de m² à Toulon, Dijon et Grenoble, mais seulement… 35 m² à Bordeaux et à Lyon. En revanche, à Paris, les emprunteurs ne pourront acquérir qu’un studio de 16 m².

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation