Crédit immobilier : les risques des taux bas alertent Bercy

L’Etat bientôt à la rescousse des banques ?  Le maintien des taux d’intérêt à des niveaux historiquement bas fait courir un risque aux établissements financiers, du moins à moyen terme. C’est ce que révèle le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), qui va augmenter sa vigilance sur le crédit immobilier, comme l’a rapporté  hier soir le journal Les Echos.

L’instance qui réunit le gouvernement et les superviseurs financiers français a annoncé mardi qu’elle allait rendre un rapport pointant des risques pour les banques. Sur la base de ce diagnostic, qui sera publié fin septembre, le haut conseil compte « étudier le cas échéant les modalités d’actions pertinentes et proportionnées pour contenir ces risques ».

« Même si le risque reste contenu à l’heure actuelle, les tendances observées constituent une vulnérabilité à moyen-terme », a déclaré l’autorité en marge d’une réunion présidée par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances. Les mesures envisagées n’ont cependant pas encore été détaillées.

Augmentation des encours de crédits à l’habitat

La situation n’en reste pas moins alarmante pour les banques qui poursuivent leurs efforts commerciaux afin de trouver un relais de croissance aux emprunts immobiliers qui leur coûtent beaucoup d’argent. Notamment en confortant leurs positions dans certains segments de produits à forte marge comme l’assurance emprunteur, qu’elles dominent largement avec une part de marché estimée à 80% par certains professionnels du secteur immobilier.

Selon les derniers chiffres de la Banque de France, les encours de crédits à l’habitat ont progressé de 6,5% en juillet dernier, portant le total à 1 049 milliards d’euros. Il faut remonter à mai 2011 pour retrouver un tel rythme. Au total, l’endettement du secteur privé non financier (qui inclut les ménages et les entreprises) a poursuivi la croissance dynamique observée ces dernières années pour atteindre le niveau de 133,2% du PIB au premier trimestre 2019, « un taux élevé et supérieur à la moyenne de la zone euro », souligne le HCSF.

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation