Crédit immobilier : le moment idéal pour devenir propriétaire ?

Pexels

Les particuliers qui souhaitent reporter leur projet d’achat immobilier auraient tort de se priver. En mars, les taux des crédits immobiliers en France sont repartis à la baisse, pour ressortir à 1,39% en moyenne (hors assurance), contre 1,44% en février, selon les données publiées mardi par l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

Une aubaine alors que bon nombre de spécialistes craignaient une remontée des taux après avoir atteint des planchers historiques. Depuis un an, les taux ont diminué de 10 points de base. Ils se rapprochent ainsi de leur niveau plancher, de 1,33%, enregistré en fin d’année 2016.

Prêt à long terme

Serait-ce le moment idéal pour devenir propriétaire voire même renégocier son taux pour ceux qui ont déjà souscrit un prêt immobilier ? Une chose est sûre, ce phénomène s’explique toujours par deux facteurs : d’une part la concurrence féroce que se mènent les banques entre elles pour capter les clients à l’aide du crédit, d’autre part la politique de taux bas de la Banque centrale européenne, face à un environnement économique fragile.

D’après l’Observatoire, « l’accès aux crédits immobiliers n’a jamais été rendu aussi facile par les établissements bancaires ». Il faut dire que dans un contexte de hausse des prix de l’immobilier, notamment dans les grandes villes de France, les banques n’ont jamais prêté autant à aussi long terme.

Au premier trimestre, la durée des prêts accordée était de 19 ans (229 mois en moyenne), après s’être allongée de 3 mois depuis le début de l’année et de plus d’un an en 2018. Conséquence : en mars, les prêts à plus de 20 ans représentaient près de 72% de la production bancaire et ceux à plus de 25 ans, près de 42% de la production

Baisse de l’apport personnel

Surtout, le taux d’apport personnel exigé par les banques est tombé au plus bas depuis la fin des années 1970, passant de 24% entre 2007 et 2014 à 14,4% en moyenne aujourd’hui.

Cette souplesse des banques soutient le marché du crédit et rend les prêts immobiliers plus facilement accessibles aux plus jeunes et aux plus modestes, indique l’Observatoire. Au point que la part des moins de 35 ans ou des ménages touchant un revenu inférieur à trois « SMIC » dans l’ensemble des emprunteurs s’est redressée en 2019.

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation