Coronavirus : l’immobilier comme valeur refuge ?

Le marché immobilier va-t-il échapper au marasme du coronavirus ? Alors que les Bourses mondiales ont littéralement plongé ces derniers jours sur fond de crise liée à la propagation du virus hors de Chine, il reste difficile à ce stade d’évaluer l’ampleur des dégâts à prévoir sur le front économique.

En attendant, Vousfinancer.com constate que les taux d’emprunt d’Etat français sont retombés en territoire négatif avec une OAT 10 ans à -0,31 % le 2 mars 2020, soit un plus bas historique depuis octobre 2019.

Dans ce contexte, « les investisseurs privilégient les placements considérés comme non risqués, tel quel les emprunts d’Etat des pays peu impactés, qui voient ainsi leurs taux diminuer », souligne le courtier en crédit immobilier. Par ailleurs, « les incertitudes sur les conséquences économiques de l’épidémie devraient inciter la Banque centrale européenne (BCE) à poursuivre sa politique de taux accommodante et contribuer ainsi au maintien des taux bas ».

La pierre confirme son statut de valeur refuge

« Dans le contexte actuel de baisse des valeurs boursières, l’immobilier apparaît comme une valeur refuge et pourrait continuer à attirer de nombreux investisseurs », ajoute Vousfinancer, qui observe que ces derniers ont représenté entre 20 et 25% des acheteurs en 2019 pour des taux moyens se situant actuellement à 1,35% sur 20 ans et 1,55% sur 25 ans.

Un mouvement qui pourrait se poursuivre, « à condition que les banques continuent à prêter pour soutenir le dynamisme du marché », précise le spécialiste. La demande de crédit devrait donc rester soutenue comme elle l’est depuis le début de l’année, en dépit des recommandations du HCSF qui ne semblent pas décourager les acheteurs.

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation