Copropriété : les règles à respecter pour choisir un bon syndic

Élu par les copropriétaires, le syndic a pour mission de faire respecter le règlement de la copropriété et de réunir, en moyenne une fois par an, une assemblée générale. Pour le copropriétaire, plusieurs paramètres doivent être jaugés avant de choisir le syndic adapté.

Mise en concurrence des syndics

Il est fortement conseillé de faire appel à plusieurs cabinets de gestion et de les mettre en concurrence. Une fois cette première sélection réalisée, il ne faut pas hésiter à consulter les copropriétés gérées par les syndics, afin de connaître le sentiment général des copropriétaires. Il est tout aussi précieux de jauger la solvabilité du syndic, de consulter le greffe du tribunal de commerce pour éviter de confier la gestion à un syndic confronté lui-même à des problèmes de… gestion !

Dernier point : soumettre les offres au conseil syndical avant de les proposer à l’assemblée générale des copropriétaires. Autre précaution à prendre : signer un contrat de gestion pour une seule année. Il est toujours plus simple de ne pas renouveler le dit contrat que d’en envisager la rupture en cours de mandat. Précieux rappel : vérifier que le syndic choisi dispose bien d’une carte professionnelle et des assurances et autres garanties requises sur un plan légal.

Les modalités de désignation du syndic

Le syndic est désigné à la majorité des voix des copropriétaires qui, pour l’occasion, sont réunis en assemblée. Si le syndic recueille un tiers des voix de l’ensemble des copropriétaires, sa désignation est considérée comme acquise et la convocation d’une seconde assemblée ne sera pas nécessaire. Ce n’est qu’au moment de statuer sur des décisions que la majorité des voix des copropriétaires présents ou représentés s’impose.

Vérifier le montant des honoraires

Il est important de savoir que les honoraires d’un syndic ne sont pas réglementés. Il revient à l’assemblée générale d’en fixer le coût, à la majorité des voix des copropriétaires présents ou représentés. Les honoraires en question intègrent deux postes : la gestion courante et les frais occasionnés lors de prestations particulières.

Le conseil syndical est bien avisé d’exiger en amont un décompte précis de ces deux enveloppes avant de les transmettre à l’assemblée. A chaque renouvellement de mandat, un nouvel examen des tarifs de prestations est conseillé.

Fixer un montant maximum de dépenses

Les contentieux les plus pénibles entre la copropriété et son syndic interviennent le plus souvent  lorsque le montant des travaux engagés par ce dernier est contesté ensuite par les copropriétaires. Pour éviter ce genre de déboires, il suffit de poser une limite au montant des travaux que le syndic peut engager. C’est le meilleur moyen de déminer le terrain des conflits potentiels.

Et si vous deveniez membre du conseil syndical ?

Vous avez un peu de temps et vous désirez avoir un regard plus précis sur votre environnement immédiat ? Intégrer donc le conseil syndical ! C’est l’endroit idéal pour observer et contrôler l’activité du syndic. Et avoir un droit de regard sur la gestion des comptes.

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation