Assurance emprunteur : vague de renégociations en vue… et hausse des taux ?

Crédit photo : Pexels

Depuis le 1er janvier, tous les emprunteurs ont la possibilité de changer annuellement leur assurance de prêt. Mais qui va le plus en profiter ? Un courtier a sa petite idée.

C’est fait ! Le Conseil constitutionnel a validé vendredi 12 janvier la possibilité pour les emprunteurs de résilier à chaque date anniversaire le contrat qui assure leur crédit immobilier, comme ils le font déjà avec l’automobile ou l’habitation. Concrètement, depuis le 1er janvier 2018, il est désormais possible de choisir une autre assurance que celle proposée d’office par son banquier et d’en changer tous les ans.

Un coup dur pour les banques, qui réalisent entre 40 et 50% de marges sur ce marché qu’elles dominent largement. « En appliquant ce droit de résiliation aux contrats en cours, le législateur a voulu, compte tenu de la longue durée de ces contrats, que cette réforme puisse profiter au grand nombre des emprunteurs ayant déjà conclu un contrat d’assurance collectif », a justifié le Conseil constitutionnel dans sa décision.

Dans un communiqué, l’UFC-Que Choisir a souligné une « avancée majeure », appelant les assurés-emprunteurs à « saisir l’opportunité de faire jouer à plein le droit à la résiliation annuelle afin de gagner en pouvoir d’achat » et d’économiser plusieurs milliers d’euros. Vont-ils pour autant se précipiter au téléphone pour résilier leur contrat ?

Vers une remontée graduelle des taux de crédit ?

Selon un récent sondage réalisé par le site Magnolia.fr, plus d’un emprunteur sur deux se dit prêt à faire jouer la concurrence cette année. Les banques, elles, sont déjà dans les starting-blocks. « Après la vague de renégociations des taux de crédit, nous allons assister à la renégociation de l’assurance de prêts, commente Sandrine Allonier, directrice des relations banques de Vousfinancer, dans un communiqué.

Selon la spécialiste, dans certaines banques, plus d’un tiers du stock de contrats de prêts pourrait être concerné par la résiliation annuelle. Les emprunteurs qui vont profiter le plus de cette nouvelle loi sont essentiellement les jeunes « car ce sont eux qui comparent le plus et pourront avoir une offre plus avantageuse », ajoute-t-elle.

Ce sont aussi ceux qui ont souscrit un crédit récemment, « donc à des taux très bas tels que nous les connaissons depuis 4 ans, et sur lesquels les marges des banques pourraient devenir négatives a posteriori une fois l’assurance résiliée », souligne Jérôme Robin, président et fondateur de Vousfinancer. Dans ce contexte,précise-t-il, « il est certain que les banques devront trouver le moyen soit de conserver leurs emprunteurs, soit de compenser le manque à gagner, ce qui pourrait contribuer à une remontée graduelle des taux de crédit alors même qu’on anticipait plutôt une stabilité des taux en ce début d’année ».

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation