Après Paris et Nice, Bordeaux veut augmenter sa surtaxe d’habitation

Après Paris, la grogne monte également à Bordeaux. Le maire de la ville Alain Juppé va demander une augmentation de la surtaxe d’habitation sur les résidences secondaires, ont rapporté lundi Les Echos. L’idée est d’inciter les propriétaires à vendre ou louer leur(s) bien(s) en réponse à la pénurie d’offre de logements qui sévit dans la préfecture de la Nouvelle-Aquitaine. Et d’en finir avec le phénomène Airbnb qui contribue (indirectement ?) à la hausse des prix.

« Rien qu’à la rentrée universitaire, nous avons enregistré 15.000 étudiants en plus, ça devient difficile de les loger », explique Frédéric Garnier, le directeur général des finances à la mairie de Bordeaux cité par le quotidien. D’autant que le taux en vigueur depuis un an ne s’est pas révélé très efficace face à l’essor d’Airbnb. La métropole veut donc le faire grimper de 20% à 50% pour les impôts de 2019, pas très loin du plafond de 60% autorisé par le Parlement dans la loi de finances 2017.

Paris veut aller plus loin

Bordeaux n’est pas toute seule dans son combat. Il y a quelques semaines, le maire de Nice, Christian Estrosi, a obtenu un triplement du taux à 60%. Et le maire de Toulouse a indiqué aux Échos y réfléchir. Fin 2017, Saint-Jean-de-Luz a doublé le sien à 40% pour une application dès cette année, estimant que son précédent taux n’avait permis « que » de stabiliser le nombre de résidences secondaires.

De son côté, Paris applique le seuil maximum autorisé, soit 60%. Mais le Conseil de Paris a validé en juillet dernier le principe d’une multiplication par quatre de la surtaxe d’habitation, pour la porter à 250%. Avant d’entrer en vigueur, cette décision doit obtenir le feu vert du Parlement. Affaire à suivre…

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation