Alain Dinin, PDG de Nexity, pas convaincu par le plan logement du gouvernement

Alain Dinin, le président-directeur général de Nexity, s’est exprimé à l’occasion de la publication des résultats annuels records du groupe qu’il dirige. Dans un entretien à La Tribune, le patron du promoteur immobilier est revenu sur le plan logement qu’a concocté le gouvernement pour « construire plus, mieux et moins cher ».

L’exécutif est « plein de bonnes intentions, mais l’impact de ses mesures ne sera vérifiable qu’en 2019-2020 », estime le dirigeant. Après une année 2017 exceptionnelle en tout point, 2018 devrait être « un peu plus calme » sur le marché de l’immobilier résidentiel, « puisque le gouvernement a mis en place des mesures restrictives sur la zone B2 [villes-centres de grandes agglomérations, de la grande couronne parisienne, et… quelques communes de Corse, ndlr]. Aussi la construction ainsi que la vente vont-elles ralentir », a ajouté Alain Dinin.

« De belles intentions… »

Interrogé sur le projet de loi Évolution du logement et aménagement numérique, dite loi Élan, qui devrait être présenté en Conseil des ministres le 28 mars, le professionnel ne se fait pas trop d’illusions. « Entre l’avant-projet de loi présenté début décembre 2017, les 650 propositions issues de la conférence de consensus, les allers-retours sur le texte et les navettes parlementaires, je ne vois pas comment la loi Élan va pouvoir être réellement active avant la fin de 2018 », a-t-il indiqué.

« Si nous reprenons le raisonnement initial, nous n’aurons des impacts sur la production de logements qu’en 2020 si nous sommes optimistes. Pourquoi le gouvernement dit-il qu’il favorisera la construction, qu’il assouplira les normes et qu’il accélérera les permis, alors qu’il recule sur leur transfert aux intercommunalités ? Certes, c’est très bien que les maires puissent garder les permis de construire, mais cela peut entraîner des comportements électoralistes », a précisé le PDG de Nexity.

« Un choc d’offre, qui ne prend en compte ni la demande ni la problématique des transports ou des équipements publics en général ne me paraît pas d’une efficacité redoutable. Le problème est le suivant : il y a plein de belles intentions qui vont rester lettre morte, sauf que, petit à petit, nous aurons de plus en plus de mal-logés avec des prix de vente excessifs », a-t-il complété.

Réalisez votre estimation gratuite en 3 minutes

Démarrer l'estimation